Rapide présentation des sitcom AB

Rapide présentation des sitcoms AB

Un phénomène de société
Les sitcoms AB furent durant plus de six ans un véritable phénomène de société au début des années 90. Ces séries bas de gamme assez grossières et au budget réduit (500 000 euros par épisode au maximum) ont très rapidement connu des chiffres d'audience extraordinnaires. Ainsi, Hélène et les garçons, la série phare de AB, réunissait près de 6 millions de téléspectateurs par jour et atteignait des parts de marché record (44% sur 4-14 ans en moyenne).

Trois ans après la création du Club Dorothée sur TF1, la première sitcom, Salut les musclés, est créée. La série marche très fort et lance le phénomène: seront créées ensuite Premiers baisers, Hélène et les garçons, Le miel et les abeilles et Les filles d'à côté, entre autres. Toutes les séries connaissent un succès considérable. Elles occupent une très large partie de la grille des programmes de la première chaîne française (jusqu'à 4 sitcoms par jour sans compter celles diffusées dans l'émission de Dorothée) et les acteurs au casting des différents séries, qui sont tous débutants, deviennent de véritables stars, Hélène en haut de liste.
Dés le milieu des années 90, le phénomène s'estompe et toutes les nouvelles sitcoms de AB sont des échecs rententissants jusqu'à la dernière en date, en 2001, Le groupe (diffusée sur France 2). Aujourd'hui, l'aventure est bel et bien terminé mais aura marqué une génération de téléspectateurs.

 

 

les Girards parents d'Hélène et Justine

 

Les Girard parents d'Hélène et Justine.


Ce qui caractérise les sitcoms AB ce sont les incohérences plus grosses les unes que les autres.

Adulées par un large public mais critiquées par les médias, les sitcoms d'AB Productions n'ont laissé personne indifférent. Une grande partie d'entre elles a engendré un phénomène de société sans précédent chez le public, les enfants et ados en particulier. Les acteurs de ces séries sont devenues de véritables stars, qui ont fait des dizaines de fois la couverture des magazines.

TF1 les a diffusées des années durant en fin d'après midi, faisant exploser son audience. Réalisées avec très peu de moyens financiers (un épisode coûtait rarement plus de 500 000 francs), elles ont permis à TF1 et à AB de réaliser d'énormes profits.

Aujourd'hui, le phénomène est complètement essoufflé, les sitcoms paraissent quelque peu démodées face à de nouvelles productions jugées plus réalistes et plus « haut de gamme ». Mais il y a 10 ans, la sitcom AB était à son apogée...1992 : Un phénomène est né
Les fortes audiences de Premiers Baisers et l'engouement du public pour la sœur de Justine, Hélène, offrent la possibilité à AB de lancer une nouvelle série, centrée autour d'Hélène et dont l'action se déroule sur les bancs de la fac.

 

 

 

 

 

 

 

Rappelons que l'héroïne de cette série, Hélène Rollès, n'en était pas à son coup d'essai puisqu'elle avait enregistré un album chez AB en 1989. Malgré un succès d'estime, elle était restée dans la mémoire du public, grâce à ses nombreux passages dans le Club Dorothée. Diffusée pour la première fois en mai 1992, Hélène et les garçons devient très vite le succès n°1 de TF1 en access, les comédiens, et en particulier Hélène sont propulsés en quelques semaines au rang de stars.

La même année, à Noël, TF1 lance Le miel et les abeilles, une nouvelle sitcom dont l'héroïne est la sulfureuse Mallaury Nataf. A nouveau les scores d'audience explosent (4 millions de fans dès la première semaine). A noter que Le miel et les abeilles, programmée à 18h30, est la première série réussissant à détrôner Santa Barbara de la grille, le feuilleton phare de TF1 depuis 1985 !

Voyant qu'un phénomène de société vient d'être déclenché, les médias s'intéressent de plus près à l'industrie AB, et mettent nettement en valeur les faiblesses des sitcoms, à savoir des histoires très simplistes et caricaturales qui n'arrivent pas dans la réalité, des coûts de production minimes qui assurent des rentrées financières plus que considérables à TF1 et AB (un écran de publicité se vendant entre 17h et 19h de 50 000 à 100 000 francs pendant une sitcom AB), des acteurs débutants peu convaincants...

Bref petit à petit les médias, le magazine Télérama en tête, s'acharnent à démonter les sitcoms. Mais qu'importe, le public est roi ! Les enfants restent accros devant ces histoires qui leurs procurent du rêve et qui alimentent leurs sujets de conversation dans les cours d'écoles.1993 : L'année de tous les succès
Les sitcoms existantes font le plein d'audience, offrant à TF1 chaque soir de la semaine des scores qu'elle avait rarement atteint sur les cibles jeunes. Les tournages se poursuivent à vive allure, et chez AB on tourne "des kilomètres de sitcoms". L'engouement du public pour les stars AB est tel que la bande d'Hélène et les garçons provoque une émeute en mai lors du MIP TV de Cannes.

A Noël 93, TF1 et AB lancent à nouveau une autre série, Les filles d'à côté, qui compte les aventures de 3 femmes trentenaires séparées de leurs maris. La série, tout en séduisant les jeunes, attire un public plus adulte, et est rapidement gardée à l'antenne tous les soirs en access prime time...

1994 : Nouvelle année faste pour AB
Le succès de chacune des sitcoms AB ne se dément pas, si bien que TF1 programme durant l'été chaque soir après le Club Dorothée, et ce jusqu'à 20h Le miel et les abeilles, puis Premiers Baisers, Hélène et les garçons et Les filles d'à côté.

Un seul bémol à cette déferlante : l'échec des Garçons de la plage, nouvelle série tournée entre le soleil brûlant de l'île de St Martin et les studios de la Plaine St Denis. Programmée à Noël, elle fût déprogrammée au bout de 2 épisodes seulement à cause de mauvais scores à 19h20 (4.5 millions pour le premier épisode, puis chute brutale pour le second avec 3.5 millions. TF1 ne pardonne pas et reprogramme dès le lendemain la série américaine Beverly Hills, qui draine alors 5 millions d'accros.

Cette même année AB décide de faire chanter les vedettes de ses séries, en faisant leur promomotion chez Dorothée. En plus d'Hélène (qui vendra plus de 3 millions de disques), qui cartonne déjà, d'autres "chanteurs" apparaissent donc : Christophe Rippert (7ème au Top 50 avec sa chanson Un amour de vacances), Anthony Dupray, Manuella... Le filon est juteux et AB en profite largement.

 

 

 

 

 

 

 

1995 : Une année de changement
Pour ne pas lasser le public, AB et TF1 décident de faire évoluer les personnages de leurs séries cultes dans de nouveaux décors et dans un nouvel univers. Ainsi chaque série s'arrête pour donner lieu aussitôt à une suite : Salut les Musclés devient La croisière Foll'amour, Hélène et les garçons vivent Le miracle de l'amour, Les filles d'à côté se transforment en Nouvelles filles d'à côté et les héros de Premiers baisers entrent dans Les années fac. Seule Le miel et les abeilles est arrêtée définitivement.

 

 

 

 

Ces changements ne déstabilisent pas le public puisque l'audience se maintient à un niveau élevé. Cette même année TF1 reprogramme Les garçons de la plage, plus tôt dans l'après midi, et lance en septembre La philo selon Philippe, où les élèves d'une classe de terminale n'ont d'yeux que pour leur prof de philo. Un goût de déjà vu (au niveau du scénario, de l'atmosphère générale...) flotte sur ces séries qui ne seront à l'antenne que quelques mois.

Et puis enfin, un fait assez rare pour être souligné : en juillet une nouvelle série AB est diffusée sur France 2 (Un homme à domicile), alors qu'elle avait été annoncée quelques mois plus tôt sur TF1 : échec total pour cette sitcom (tournée sur l'ex-plateau du Miel et les abeilles, très grossièrement redécoré) qui ne reste que 5 semaines à l'antenne à cause d'une audience catastrophique à 18h50 (moins d'un million de fidèles). Mais France 2 n'a pas pu profiter de la force publicitaire qu'avait TF1 avec le Club Dorothée.

 

source http://www.toutelatele.com/article.php3?id_article=13531996 : le début de la fin


TF1 et AB entrent en guerre pour cause de concurrence entre TPS et AB Sat. Les sitcoms sont donc petit à petit retirées de l'antenne en fin d'après midi. Parallèlement les médias commencent à comprendre que la tendance s'inverse, à savoir que le public se lasse quelque peu des sitcoms d'AB.

Aussi, la génération d'enfants grandit et les jeunes se rendent compte que les aventures qui les ont jadis fait rêvé ne sont peut être pas si réelles que cela. Dès lors l'audience s'effrite et TF1, lassée par cette mauvaise image, ne tarde pas à changer ses programmes de fin d'après midi au profit de séries américaines ou australiennes qui ont déjà fait leurs preuves (Le Rebelle, Sydney police, K 2000, Hooker...).

L'audience des sitcoms ne suit donc plus, et avec le départ de son couple vedette (Hélène et Nicolas), Le miracle de l'amour réalise des scores presque identiques à ceux de la sitcom française Seconde B de France 2 qui est en rediffusion.

 

 

 

 

 

 

 

La série est arrêtée mais une nouvelle suite se prépare, Les vacances de l'amour : AB envoie toute la bande sous le soleil des tropiques pour de nouvelles aventures en extérieur, le format de la série passe de 26 à 52 minutes. Par ailleurs, le héros de la série, Patrick Puydebat (Nicolas) retrouve ses amis. (Hélène Rollès ne souhaite pas y participer). Tous ces ingrédients réunis font que la série fait le plein d'audience, elle est diffusée chaque dimanche soir à l'intérieur de l'émission caritative de Dorothée, Des millions de copains, et réunit 2.5 millions de fidèles.

En ce qui concerne les autres sitcoms, Les nouvelles filles d'à côté s'arrête faute d'audience, et 3 nouvelles séries sont lancée dans une indifférence générale : L'un contre l'autre, L'école des passions et Elisa top model. Le succès est absent, l'échec instantané...

1997 : la fin du monopole AB
Cette année là tout va mal pour les sitcoms AB : TF1 ne les diffuse presque plus et l'émission qui en assurait la promotion, le Club Dorothée, s'arrête après 10 ans d'antenne. Le tournage des 2 survivantes, La croisière foll'amour et Les années fac, est stoppé. Seule Les vacances de l'amour continue.

A noter tout de même en septembre 97 : AB produit pour TF1 une série dont les héros sont les très à la mode garçons du groupe 2be3. Pour être libre sera un succès chaque soir avec plus de 40% de part de marché. Ce succès était quasi assuré pour TF1 et AB, voyant l'énorme triomphe du groupe à l'époque, qui ont su profiter de cette aubaine pour relancer leur collaboration. Hélas pour eux, l'aventure ne dure que le temps de 40 épisodes, le groupe ayant un emploi du temps surchargé.

1998 : La fin des sitcoms sur TF1
AB tourne Les années bleues, en essayant de faire un Friends à la française (le schéma des 3 filles et 3 garçons célibataires est le même). La série, à mille lieues de son soi-disant alter ego américain, réalise des scores plus que bas et ne reste programmée que 4 semaines.

Les sitcoms sont terminées depuis quelques temps, malgré tout TF1 les rediffuse dans la matinée puis très tôt le matin (entre 6h et 7h), à une heure où le public est très peu nombreux devant l'écran. Ainsi elle peut remplir ses quotas de fictions françaises imposés par le CSA. Seule Les vacances de l'amour, avec son format complètement différent des sitcoms habituelles, se porte bien puisqu'elle est diffusée tous les mercredis après midi avec succès...1999 : Quasi néant
La collaboration entre AB et TF1 n'est pas complètement terminée puisque 2 nouvelles séries, sous le même format que Les vacances de l'amour, sont tournées : Island détectives et Le GREC. L'audience ne sera pas vraiment au rendez vous, même si Le GREC réalise une bonne part de marché. TF1 ne commande malgré tout pas de nouveaux épisodes, préférant diffuser des séries allemandes moins coûteuses. Le désintérêt du public et des critiques pour ces nouvelles productions est total.

2000 : Retour en arrière
Hélène Rollès accepte, à la surprise générale, de reprendre le rôle d'Hélène qui a fait le succès d'Hélène et les garçons dans Les vacances de l'amour. De nouveaux épisodes (où les héros évoluent plus intelligemment) sont tournés sur l'île de St Martin, avec une équipe similaire à celle qui a fait les bonnes audiences de TF1 quelques années auparavant.

TF1 est plus que satisfaite des résultats, l'audience flirtant avec les 40% de parts de marché. Le public de la série évolue également, il est désormais majoritairement constitué de ménagères et non plus d'enfants. Devant ce succès, de nouveaux épisodes sont tournés. Succès d'audience et succès critique pour cette nouvelle saison, en effet Télérama et Le Parisien ont chacun leur tour publié un article sur la série, en la valorisant, contrairement à ce qui a pu être le cas du temps de Dorothée.

On remarque malgré tout que la case qui lui est offerte (mercredi, 14h40) reste moindre par rapport à celle de Sous le soleil, série française fétiche de TF1 qui est diffusée chaque samedi à 18 heures. Les vacances de l'amour reste donc dans l'ombre du feuilleton de Marathon productions.

2001 : Retour en arrière bis
France 2, qui souhaite dynamiser son audience, décide de reprendre les vieilles recettes de TF1 et diffuse Le groupe, une sitcom dans l'esprit d'Hélène et les garçons, avec les mêmes situations convenues, les mêmes décors kitch, les même introductions musicales, le même poster des Doors dans le garage ( !) et une héroïne ressemblant étrangement à celle d'Hélène et les garçons !

Mais cette fois la mayonnaise ne prend pas. Les 50 premiers épisodes diffusés quotidiennement à 18h20 peinent à rassembler un million de fidèles, si bien que France 2 la relègue le mercredi seulement, à un horaire plus confidentiel (17h10). Après 68 épisodes, Le groupe s'arrête. Parallèlement, sur TF1, la diffusion des Vacances de l'amour est stoppée sans raison. Les tournages de la série se poursuivent cependant.

2002 : L'interrogation
Toujours aucune nouvelle concernant le retour à l'antenne des Vacances de l'amour, malgré les 20 épisodes tournés en 2001. Pourtant, TF1 aurait à nouveau commandé 26 épisodes. La chaîne tient donc entre ses mains l'avenir de la série, seule rescapée de la folie des sitcoms dans les années 90.

C'est également en 2002 que le phénomène de reprise des sitcoms AB s'accélère sur les chaînes du satellite. En effet, jusque là seule RTL9 s'était lancée, mais désormais AB1 les diffuse quotidiennement, on peut compter jusqu'à 25 épisodes différents proposés par semaine. A croire que ces séries très bon marché, 10 ans après leurs débuts, ont toujours un potentiel de séduction capable de fédérer le public des chaînes câblées.

La réussite de AB dans la réalisation des 2000 épisodes de toutes ses sitcoms a donc tout simplement tenu dans le fait que les scénaristes ont choisi de faire des histoires simples afin de toucher le maximum de personnes. Pari risqué qui fut brillamment relevé, si l'on s'arrête simplement sur l'audience qu'ont remporté les sitcoms.

Mais de nombreuses faiblesses et incohérences dans le scénario, des histoires tournant souvent en rond, se renouvelant guère, et des acteurs peu crédibles dans de nombreux cas ont sonné le glas de ces séries au bout de plusieurs années. Aujourd'hui, alors que ce phénomène est totalement terminé, les chaînes de télévision, même si elles comprennent ce succès, en cherchent encore la recette...

 

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×